La fille aux bas de pollen (conte)

     Ce qu’elle aimait le plus, c’était se rouler dans les champs de fleurs. Quand elle rentrait au village, elle avait souvent du pollen sur les jambes et cela lui faisait comme de grand bas jaunes…Alors, on l’a appelée « la fille aux bas de pollen ».

ET cette fille attirait les garçons comme le miel attire les abeilles, mais à chaque fois cela finissait comme ça :  (elle chante*)

« Ah ! Que pour toi ce doit être éprouvant d’être amoureux d’une fille de paille…car je m’envole au premier coup de vent ! Quand tu me crois dans tes bras, je suis par dessus les toits, AH, AH, AH !

On ne voit pas forcément des bleuets, au fond des yeux d’une fille de paille…

Tu aurais dû cependant  te douter qu’à la place de mon cœur, y avait un grillon moqueur !

Tu voudrais tant perdre ta liberté, tes sentiments sont en pierre de taille…Quand tu m’as dit qu’on pourrait se marier, je me suis vite enflammée

mais il n’en est rien resté ! Ah ! Ah ! Ah !          »

Et les pauvres amoureux déçus ne gardaient comme souvenirs que les traces de pollen qu’elle laissait sur leur couverture…

 

       Et puis un jour, elle l’ a rencontré…Il semblait endormi au pied d’un arbre. Il était grand, un peu maigre mais tellement mystérieux. Il portait une sorte de costume noir, trop court, un peu usé aux bords des manches, ses cheveux étaient en bataille…Il semblait dormir, ou réfléchir ou peut-être attendre ?

 Elle a craqué une petite branche sous ses pieds pour se faire remarquer…

 Il a levé la tête, il l’a regardée…  Il y avait dans ses yeux une telle lumière… La fille aux bas de pollen avait l’impression de tomber dans un kaléidoscope…

 

        L’homme s’est levé et tout en continuant de la regarder, il a enlevé sa petite veste noire, son torse nu et lisse brillait sous le soleil…

Il s’est approchée doucement, il continuait de la regarder, il lui a pris la main et lui a dit : « Viens, serre-moi fort, ne me lâche surtout pas ! »

 Le cœur de la fille aux bas de pollen lui faisait mal tellement il battait fort dans sa poitrine, jamais elle n’avait vu un homme aussi beau… Jamais elle n’avait été aussi amoureuse…  Elle s’est blottie tout contre lui…

Alors, il a déplié ses ailes froissées dans son dos, c’étaient de grandes ailes de papillons brunes avec des tâches de rouge flamboyant comme l’amour…

 

         Et ils se sont envolés…vers les nuages, vers le ciel…  Ils sont arrivés dans la vallée des hommes-papillons. Les montagnes étaient d’un vert transparent, les fleurs avaient des pétales d’arc-en-ciel… Des milliers d’homme-papillons  volaient tout autour d’eux. Ils étaient très beaux et regardaient de leurs yeux brillants la fille aux bas de pollen . Elle serrait toujours son nouvel amoureux qui lui répétait : « Tiens-moi fort, ne me lâche surtout pas ! ». Mais un homme-papillon aux ailes d’un bleu d’outre-ciel l’a frôlé de plus près…et elle n’ a pas pu résister, il était encore plus beau ! Elle a lâché son amoureux et a tendu la main pour attraper le nouvel objet de ses désirs mais elle l’a manqué alors elle a essayé d’en attraper un autre encore, et puis encore un autre…

        Dans le village, on dit qu’elle est encore dans cette vallée à s'accrocher d’homme en homme sans jamais pouvoir s’arrêter. C'est vrai que depuis ce jour-là, on ne l'a plus jamais revue...Mais moi, je crois que des ailes lui ont poussé à la fille aux bas de pollen et puis qu'un jour, elle s'est posée dans le creux doux d'une fleur multicolore avec un homme-papillon, main dans la main, leurs deux coeurs scintillants comme des rubis.

 

                                                                                   K.L   

 

                                                                  (* chanson: "la fille de paille"/ Brigitte Bardot)                                                                                                                                        

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Cedistic © 2014 -  Hébergé par Overblog