Métro ligne 9, lundi 16 novembre 2015

Métro ligne 9, lundi 16 novembre 2015

J’ai pris le métro ce matin mais rien n’était comme d’habitude. Les visages, je regardais les visages de chaque personne que je croisais… Ces gens venaient de vivre le même week-end d’horreur que moi. Avaient-ils perdus quelqu’un ? Étaient-ils en plein cœur du drame ? Portaient-ils sur eux une ceinture d’explosifs ? Je regarde leurs traits, leurs yeux, cela me fait du bien... Ligne 9, à chaque arrêt, une petite tranche de ma vie s’égrène : « Buzenval » et ma formation de théâtre dans la salle rue des haies, « Charonne » et ma première chambre à Paris au Palais de la Femme, « Voltaire », la MJC Mercœur et les Conteurs de l’Oiseau rare. J’ai du mal à m’imaginer qu’à la surface, une tragédie sanglante s’est passée, des hommes et des femmes sont tombés dans ces rues si populaires et tranquilles.

« Voltaire », il est midi, le métro s’arrête pour faire une minute de recueillement. Je suis contente de la faire ici. Les larmes me montent aux yeux puis le métro redémarre presque en silence. La station « Oberkampf » est encore fermée. « République » : je descends et j’arrive sur la place, je ne m’attendais pas à y trouver autant de monde, autant de journalistes et de caméras. Je me fraye un chemin pour déposer sur le bord de la statue une petite bougie, un caillou blanc et des mots parmi les nombreuses fleurs et les petites flammes. Quelqu’un lance une « Marseillaise », une femme « un Notre Père », un jeune en train de se rouler un joint s’énerve contre un journaliste monté sur les fleurs… Cela commence à mettre un peu la pagaille. Je soupire mais d’un coup, je réalise que c’est quand même bon de sentir toute cette vie ! Je sors de la foule et je m’en vais d’un pas tranquille reprendre le métro.

K.L

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Cedistic © 2014 -  Hébergé par Overblog